C’est au Caudan Arts Centre (Maurice) que la COI a remis des équipements à Maurice dans le cadre de son plan de riposte Covid-19.

Ces moyens arrivent à point nommé au moment où le pays maintient une forte vigilance face au risque épidémique et travaille sur un calendrier de réouverture des frontières.

C’est ainsi que Vêlayoudom Marimoutou, Secrétaire général de la COI, a qualifié ce premier don. Covid-19 oblige, le Secrétaire général a assisté à la cérémonie par visioconférence, en direct de La Réunion.

De quoi se compose ce premier lot ?

Les réactifs PCR permettront de réaliser 50000 tests diagnostiques nécessaires au contact tracing et au dépistage au niveau communautaire. Ce lot comprend aussi des équipements de protection pour les professionnels de santé en contact avec les malades. De plus, d’autres équipements requis pour la prise en charge des malades de la Covid-19 ont aussi été fournis.

Ces équipements de protection et de tests ont une valeur de 750 000 euros, soit plus de Rs 35 millions.

(Cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Et ce n’est qu’un début…

Il s’agit d’un premier lot d’équipements remis au ministère mauricien de la Santé. Tous ces équipements contribueront au renforcement des capacités diagnostiques, de protection des personnels et du dispositif de prise en charge.

Comme l’illustre l’infographie, d’autres lots d’équipements viendront compléter ces dons dans les prochaines semaines. Et ce, pour Maurice mais aussi les Comores, Madagascar et les Seychelles.

En effet, les autres États membres de la COI recevront à leur tour une partie du matériel et équipements médicaux pour lutter contre la Covid-19 dans les prochains jours. L’acheminement se fera par voie aérienne pour les Comores, Madagascar et les Seychelles.

Ce qui a été dit :

Vêlayoudom Marimoutou

Secrétaire général de la COI

« la COI a d’ores et déjà engagé une réflexion sur les moyens de soutenir la reprise régionale, de réorienter certaines activités. Des discussions devront être conduites avec nos partenaires afin de répondre au mieux aux besoins de nos États. Et cela est déjà un défi en soi car nous le savons tous, la Covid-19 met à rude épreuve le système-monde et elle met sous pression le financement de la solidarité internationale »

André Pouilles-Duplaix

Directeur de l'AFD pour Maurice et les Seychelles

« L’Agence Française de Développement intervient depuis 2007, et dans le cadre du déploiement de sa stratégie au niveau régional, auprès de la Commission de l’océan Indien sur le projet RSIE. Le projet en est à sa troisième phase et un montant de 21,6M d’euros a déjà été octroyé. Le réseau SEGA-One Health, un réseau unique et emblématique dans l’océan Indien, a démontré encore une fois son importance et ce dans le contexte de la pandémie Covid-19. »

M. Bughun

Directeur général du ministère de la Santé représentant le Ministre

« la COI nous montre l’exemple en termes d’entre-aide et de solidarité régionale. Cette même volonté de travailler ensemble doit une nouvelle fois nous animer, ainsi que nos amis de la région. Ce n’est qu’ensemble que nous serons davantage en mesure de faire front face à la pandémie »

À propos du plan de riposte de la COI

Le plan de riposte de la COI est soutenu par l’Agence française de développement (AFD) à travers son initiative « COVID 19 – Santé en Commun ». Il vise à renforcer les capacités de surveillance, de diagnostic et de prise en charge dans les États membres de la COI.

La COI a mis en œuvre, dès la mi-février, un premier plan d’urgence soutenu par l’AFD à hauteur de 500 000 €. Le deuxième plan de riposte au Covid-19, doté d’une enveloppe de 4 millions €, démontre l’importance de la coopération régionale en santé publique.

Au cœur de cette coopération, il y a le réseau SEGA-One Health de la COI, véritable sentinelle santé de l’Indianocéanie. Le réseau SEGA-One Health est soutenu par l’AFD à travers le projet RSIE3 et coordonné par l’Unité de veille sanitaire de la COI. En outre, il réunit 250 professionnels de santé humaine et animale des États membres. Ce faisant, la COI est en mesure de soutenir ses États membres au plus près de leurs besoins.

Consulter le communiqué de presse