Les Centres régionaux de fusion de l’information maritime (CRFIM) et de coordination des opérations (CRCO) ont conduit, du 21 au 24 septembre 2022, une première opération conjointe avec une unité de l’EUNAVFOR Atalanta.  Objectif : « Renforcer la sécurité maritime dans l’océan Indien occidental grâce à une collaboration durable entre les États de la région et les partenaires internationaux ».

Cette première opération, baptisée opération MARLIN, concrétise l’accord de coopération signé entre la mission européenne EUNAVFOR et les deux centres régionaux en décembre 2021, dans le cadre du développement de l’Architecture de sécurité maritime de l’océan Indien occidental mise en œuvre par la Commission de l’océan Indien (COI) à travers le programme régional de sécurité maritime (MASE) sur financement de l’Union européenne.

Des moyens mutualisés

L’opération MARLIN était axée sur la lutte contre le trafic de drogue et la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (pêche INN). Elle s’est déroulée à la limite de la zone économique exclusive des Seychelles. Pour cette opération, des moyens régionaux et européens ont été mutualisés. En effet, l’opération a vu le déploiement de plusieurs moyens aéronavals à savoir la frégate espagnole ESPS NUMANCIA, équipée d’un hélicoptère et d’un drone, le patrouilleur PS ETOILE des Seychelles Coast Guards et l’avion de patrouille maritime le DORNIER 228 des Seychelles Air Forces.

L’opération conjointe a permis de détecter et de surveiller plus de 20 navires sur une zone couverte d’environ 150 000 km² grâce aux informations fournies par les moyens aériens. Elle demeure une étape importante dans la structuration et le renforcement de cette coopération technique et opérationnelle en vue d’atteindre un niveau optimal d’interopérabilité.

Partage d’expérience et test pour l’architecture régionale de sécurité maritime

Elle a également permis aux sept Etats signataires des accords MASE (Comores, Djibouti, France (Réunion), Kenya, Madagascar, Maurice et Seychelles) de bénéficier de l’expérience professionnelle de la Force navale européenne et de partager les bonnes pratiques à travers leurs officiers de liaison basés dans les deux centres régionaux.

Cette nouvelle opération a permis de montrer les nouveaux défis inhérents aux opérations maritimes. Outre l’action de surveillance et de contrôle, ce type d’opération est un moyen de tester, d’améliorer et de renforcer les capacités techniques et humaines de l’architecture régionale de sécurité maritime pour, à terme, mieux répondre aux défis sécuritaires dans les espaces maritimes de la région de l’océan Indien occidental en collaboration avec les partenaires externes.

Communiqué – Fr
Press Release – Eng