Le 09 juillet 2021, Sainte Clotilde, La Réunion – Le plastique est partout. Et pour cause, c’est un matériau utile, adaptable, peu coûteux. Le revers de la médaille pose, en revanche, de sérieux défis. L’utilisation du plastique, surtout à usage unique, entraîne une pollution parfois même invisible. Les îles de l’Indianocéanie en souffrent, notamment du fait de capacités limitées de traitement des déchets plastiques. Les écosystèmes sont dégradés, les chaînes alimentaires sont perturbées. L’impact de la pollution plastique est d’abord environnemental. Mais il est aussi économique, social et sanitaire. Dans nos îles, les secteurs de la pêche, du tourisme ou encore de l’alimentation sont particulièrement concernés.

Pour répondre à ce défi, la Commission de l’océan Indien mettra en œuvre un projet régional pour améliorer la connaissance de la pollution causée par les déchets plastiques et pour impulser des dynamiques d’économie circulaire. C’est le projet ExPLOI, pour « Expédition plastique océan Indien », financé par la France à travers l’Agence française de développement (AFD) et le Fonds français pour l’environnement mondial (FFEM). La Convention de financement du projet ExPLOI, d’un montant de 6,7 millions d’euros sur 5 ans, a été signée le 9 juillet 2021 au Village By CA à Sainte-Clotilde (La Réunion) par Prof. Vêlayoudom Marimoutou, Secrétaire général de la COI, Mme Stéphanie Bouziges-Eschmann, Secrétaire générale du FFEM, et M. Marc Dubernet, directeur régional de l’AFD, en présence du préfet de La Réunion, M. Jacques Billant.

ExPLOI, un projet dans l’ère du temps

«ExPLOI est un projet pleinement dans l’ère du temps : il allie recherche scientifique, entrepreneuriat dans l’économie circulaire, politiques publiques et sensibilisation, notamment des jeunes. Ce projet participera aussi à la réalisation de plusieurs Objectifs de développement durable : éducation de qualité, villes ou plutôt îles durables, modes de production et de consommation responsables, préservation des écosystèmes terrestres, marins et côtiers… L’approche est novatrice parce qu’elle sera également accompagnée de bout en bout par des partenaires de référence, des scientifiques et des opérateurs du secteur privé. Et surtout, ExPLOI devra poser les jalons d’une autre manière de produire et de consommer pour faire de nos îles des territoires authentiquement durables et résilients en phase avec les aspirations des jeunes générations », explique le Secrétaire général de la COI, Prof. Marimoutou.

Avec le soutien de l’AFD…

Du côté de l’AFD, c’est une action globale en faveur des océans et du développement durable que porte l’Agence. ExPLOI s’inscrit dans cette démarche ambitieuse et multiforme :

Selon Marc Dubernet, Directeur régional océan Indien de l’AFD, « les îles de l’océan Indien constituent des écosystèmes remarquables où la préservation de l’environnement impose de collaborer étroitement.  Le projet ExPLOI marque une étape importante dans la lutte contre La prolifération du plastique dans nos océans. L’AFD a choisi d’accompagner ce projet dans l’océan Indien, porté par la COI, parce que nous sommes convaincus qu’il faut faire évoluer les pratiques des acteurs économiques et des populations autour du plastique. Nous pensons que pour agir efficacement, il faut développer des substituts écologiquement neutres. La bonne échelle pour ce faire est celle des îles de la COI en mobilisant plusieurs partenaires. L’enjeu est de préserver l’environnement et la santé des populations des Etats membres de la COI ».

…ainsi que celui du FFEM

Le FFEM, qui soutient des initiatives à co-bénéfices environnemental, social et économique, participe également au financement d’ExPLOI. Ce partenariat renouvelé avec la COI est, en quelque sorte, une suite logique du projet commun de gestion intégrée des zones côtières (2014-2018).

« Le FFEM encourage le développement de partenariats multi-acteurs et une collaboration entre les territoires pour mettre en œuvre des actions concrètes face à la pollution plastique. Le projet ExPLOI est une initiative ambitieuse qui reconnaît la gravité de cette pollution. Ainsi, ExPLOI vise à développer des actions de réduction, de réutilisation et de recyclage des plastiques, au travers du concept de l’économie circulaire. Ce projet a pour ambition de contribuer à la préservation des écosystèmes marins et ainsi de maintenir les moyens de subsistance des populations qui en dépendent », déclare Stéphanie Bouziges-Eschmann, Secrétaire générale du FFEM.

Témoin de cette signature, le préfet de La Réunion, M. Jacques Billant indique :

« Nos plages et ravines sont envahies de déchets plastiques qui, s’ils ne sont pas ramassés, finissent par polluer notre océan et nos plantations. Le projet ExPLOI de la COI vise à lutter contre ce phénomène afin de préserver le cadre de vie et la santé de tous. Il permettra à terme de créer des emplois supplémentaires et dédiés à la préservation de l’environnement ou encore de soutenir la production locale pour que chacun puisse consommer mieux. Ce programme, en plus de préserver notre environnement, offrira donc de nombreuses opportunités pour le territoire réunionnais et les Français de l’océan Indien. »

C’est dans le même esprit que le préfet a signé le 25 juin dernier une convention de partenariat avec l’association PlastikAkoz afin de soutenir les initiatives locales de lutte contre la pollution plastique sur le territoire réunionnais dans le cadre de la présidence française de la COI.

Objectifs du projet ExPLOI

A travers ses trois composantes, le projet ExPLOI vise à :

  • Améliorer les connaissances scientifiques sur la pollution plastique dans l’océan Indien. Ceci permettra de sensibiliser les autorités et les populations sur la préservation des écosystèmes puis de les engager dans des actions de réduction de la pollution plastique et de protection des milieux marins et côtiers ;
  • Promouvoir la mise en place de politiques publiques pour la prévention, une meilleure gestion et la valorisation des déchets. En parallèle, ExPLOI encouragera et soutiendra l’innovation et la diffusion de technologies propres. Il s’agit ici d’accompagner l’émergence de nouveaux modes de production en ligne avec les principes de l’économie circulaire.
  • Renforcer les capacités de traitement des déchets plastiques et participer à la création d’emplois verts.
  • Améliorer le cadre de vie des habitants des Etats membres de la COI par la réduction de la pollution plastique et donc des impacts sur le paysage, les écosystèmes, la santé…

La COI pourra compter sur la contribution d’institutions de recherche de référence dans la mise en œuvre des activités d’ExPLOI. Cette capitalisation scientifique fournira également une base actualisée et solide pour éclairer la prise de décision pour l’émergence de nouvelles filières, l’aménagement du territoire ou encore la mise en place de nouvelles politiques publiques. Les activités du projet ExPLOI seront, de plus, complémentaires de celles du projet de résilience côtière (RECOS) de la COI également financé par l’AFD et le FFEM et promouvant des solutions basées sur la nature pour la réhabilitation et la préservation des écosystèmes côtiers.

Télécharger le communiqué complet