Ebène – Maurice, 27 mars 2019 – Un atelier de renforcement de capacité sur la nutrition est organisé par l’Unité régionale de sécurité alimentaire et nutritionnelle (URSAN) de la Commission de l’océan Indien (COI) avec l’appui de la FAO. Cet atelier voit la participation des représentants des départements techniques multisectoriels (agriculture, industrie, commerce, santé, nutrition, etc.) des gouvernements des pays de la COI et du secteur privé.

Le PRESAN : améliorer la nutrition par un accès facilité à de meilleurs produits sur les marchés locaux et régionaux

Les systèmes alimentaires sont indispensables pour répondre aux problèmes de l’insécurité alimentaire, de la malnutrition et aux problèmes de santé liés à l’alimentation. De nombreuses populations doivent faire face à des situations où la sous-alimentation coexiste avec le problème croissant du surpoids, de l’obésité et des maladies non transmissibles liées au régime alimentaire. La sécurité nutritionnelle est un enjeu multisectoriel qui nécessite une approche globale touchant entre autres à l’éducation, la santé, la production agricole, le respect des normes.

Pour le Secrétaire général de la COI, Hamada Madi, « notre action ne sera porteuse et durable que si nous travaillons aussi à la sensibilisation nutritionnelle : il s’agit, en fait, de lutter contre ce qu’on appelle le multiple fardeau de la malnutrition. En cela, le PRESAN touche aussi la santé publique dont ne pouvons oublier qu’elle a un coût financier et social ». Se référant à la seconde conférence internationale sur la nutrition en 2014, le représentant de la FAO, Patrice Talla Takoukam, rappelle qu’« une bonne nutrition passe par des systèmes alimentaires plus durables, plus équitables et plus résilients, … et il s’agit d’un enjeu public et une responsabilité commune ».

Le développement porté par le secteur privé et appuyé par le secteur public

Le PRESAN est le fruit d’une initiative de la COI dont les Etats membres ont élevé la sécurité alimentaire et nutritionnelle au rang de priorité politique. Ce programme ambitieux, élaboré avec le concours de la FAO, est conçu pour les producteurs, les consommateurs, le secteur privé et plus globalement pour augmenter et améliorer les échanges de produits agricoles et alimentaires de l’espace COI en réduisant les déficits commerciaux et nutritionnels.

« La liste est malheureusement longue de nos lointaines importations qui déséquilibrent nos balances commerciales, nos comptes publics et les économies familiales tout en alourdissant la facture écologique. Le PRESAN, mis en œuvre par la COI avec la collaboration active et appréciée de la FAO et du FIDA, constitue un cadre d’action adapté pour donner à manger à nos populations, résorber les déséquilibres nutritionnels, créer de nouveaux circuits de commercialisation intra régionaux favorisant la croissance et, in fine, réduire la pauvreté conformément aux Objectifs de développement durable, dont l’Objectif n°2 ‘‘zéro faim’’ », résume le Secrétaire général de la COI.

Le programme comptera un ensemble de projets de développement des chaînes de valeurs agricoles et alimentaires d’intérêt régional. Il prévoit des « facilités » qui peuvent être de natures technique, matérielle, règlementaire et/ou financière. Des études en cours détermineront les modalités d’octroi de ces facilités pour l’ensemble des cinq pays membres de la COI, en particulier pour le secteur privé.

Chaque pays a mis en place un Comité national de suivi technique (CNTS) du PRESAN, et pour les Maurice ce comité a tenu sa toute première réunion le 26 mars pour mettre au point les méthodologies de travail afin de s’assurer des intérêts du pays et de la région dans la mise en œuvre de ce programme. Le Comité est présidé par un point focal national.

Sur le PRESAN…

Le PRESAN contribue à l’initiative interrégionale de l’océan Indien et de l’océan Atlantique pour la mise en œuvre du Programme d’action mondial (GAP) de la FAO pour l’amélioration de la sécurité alimentaire et la nutrition dans les Petits Etats insulaires en développement (PEID). Il répond au Programme détaillé de développement de l’agriculture africaine (PDDAA) du Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), et contribue à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies, en particulier l’Objectif n°2 visant l’élimination de la faim et de la malnutrition.

En tant qu’agence spécialisée de l’ONU sur les questions liées à l’agriculture et les systèmes alimentaires, la FAO accompagnera la COI dans le processus d’études techniques, de formulation des divers projets couverts par le PRESAN, de mobilisation de ressources, de communications et de plaidoyer. Un accord a d’ailleurs été signé entre les deux institutions à Rome le 5 novembre 2018 dernier pour matérialiser cette étroite collaboration.

Télécharger le communiqué