This panel is hidden

Le Programme de Surveillance de l’Environnement en Afrique pour un Développement durable (AMESD)

Les attentes autour du projet

Mis en œuvre  par la Commission de l’Union africaine et financé à hauteur de 21 millions d’euros par le 9ème Fonds européen de développement de l’Union Européenne, le programme de Surveillance de l’Environnement en Afrique pour un Développement durable (AMESD)  a pour objectif d’aider les pays africains à améliorer la gestion de leurs ressources naturelles par l’utilisation des technologies spatiales.  Décliné en 5 actions thématiques régionales (themas), le programme AMESD porte dans la région sur la gestion des ressources marines et côtières. La fourniture aux utilisateurs potentiels d’un meilleur accès à l’observation terrestre passe par un équipement en infrastructures locales indispensables, la mise  à disposition de services et produits d’océanographie spatiale, et un renforcement  des capacités (formations spécialisées et programmes d’échanges de personnel).

Le thema  COI (1,2 millions d’euros), piloté  par le Mauritius Oceanography Institute (centre technique),  englobe les pays ACP de la COI (la Réunion est un partenaire associé), les pays riverains du canal du Mozambique (Kenya, Tanzanie, Mozambique) et deux petits Etats insulaires (Sao Tomé et Principe, Cap Vert). 

Les principales réalisations

Les formations se sont poursuivies. A  l’arrivée, ce sont plusieurs centaines de ressortissants des Etats membres de la COI (services météorologique nationaux, autorités responsables des zones marines et côtières et Instituts de recherche sur les pêches)  qui ont été formés aux techniques et aux outils de télédétection, ainsi qu’aux applications pratiques des produits AMESD.

Le 2ème Forum d’AMESD organisé à Maurice (20-22 juillet 2011) en présence des représentants de 46 pays africains et de 5 pays européens, a permis de présenter deux services développés par le MOI, pour soutenir la gestion des ressources halieutiques et surveiller les paramètres océanographiques biologiques. Ces services offrent de nombreux produits, comme des cartes quotidiennes sur la concentration de chlorophylle et la température à la surface de la mer, des cartographies des zones potentielles de pêche, des bulletins mensuels sur les indicateurs biologiques d’océanographie, des atlas régionaux d’observation  des vagues et des vents à la surface de la mer…

Les perspectives d’avenir

Il s’agit maintenant d’intégrer les données environnementales acquises par ces nouvelles technologies spatiales dans les circuits de décision et d’en faire de véritables outils d’aide à la gestion durable de l’environnement marin.

Les acquis d’AMESD seront capitalisés dans le futur projet « Surveillance de l’environnement et sécurité en Afrique » (MESA), qui sera financé par l’Union Européenne (20 M euros) et porté par l’Union Africaine. Ce projet prendra le relais d’AMESD en développant de nouveaux produits pour mieux suivre la dégradation côtière, l’état de santé des récifs coralliens et les pollutions marines dans les ports. 

This panel is hidden

Bulletins d'Informations

Nom:



Courriel:



Termes et conditions
Accepter les conditions générales
Accepter la politique de confidentialité

Deux services développés par AMESD pour mieux gérer l’environnement marin

Le 2ème Forum d’AMESD organisé à Maurice (juillet 2011) en présence des représentants de 46 pays africains et de 5 pays européens, a permis de présenter deux services développés par le MOI, pour soutenir la gestion des res
sources halieutiques et surveiller les paramètres océanographiques biologiques. Ces services offrent de nombreux produits d’océanographie spatiale, comme des cartes quotidiennes sur la concentration de chlorophylle et la température à la surface de la mer, des cartographies des zones potentielles de pêche pélagique , des bulletins mensuels sur les indicateurs biologiques d’océanographie, des atlas régionaux d’observation des vagues et des vents à la surface de la mer…