This panel is hidden

Approche écologique

Les régions côtières des pays tropicaux sont des zones écologiques particulièrement importantes et sensibles. Elles sont à l'interface du milieu marin et des milieux terrestres et il s'y déroule notamment des protocoles biologiques de bioturbation qui ont un impact immédiat et
souvent intense sur de nombreux mécanismes écologiques.

Sur ces zones, la reproduction de la faune benthique, la nutrition et la préservation des juvéniles de nombreuses espèces animales, le maintien de populations coralliennes et algales dépendent des équilibres délicats qui se sont instaurés entre la terre et la mer.

Tous ces mécanismes très actifs et sensibles sont soumis aux marées, aux saisons et aux influences plus globales des cycles océaniques et terrestres et les équilibres en cause s'exercent sur un espace très réduit, parfois de quelques mètres de large seulement.

L'association de ces acteurs très particuliers de la flore et de la faune construit des milieux naturels uniques et fragiles, ainsi les zones estuariennes, les mangroves, les récifs et barrières coralliennes, forment des écosystèmes à part entière qui à leur tour interagissent pour maintenir une stabilité écologique plus large, celle du biome littoral.

En milieu littoral comme sur d'autres biomes, l'impact anthropique, c'est à dire l'influence des activités humaines, s'ajoute aux mécanismes d'adaptation, de commensalisme et d'exclusion des espèces animales et végétales mais ici tout va plus vite car les rythmes écologiques sont intenses et concentrées sur un faible espace.

La sur-pêche, l'habitat non contrôlé, la déforestation qui sévissent sur les zones côtières ont donc une influence considérable sur les milieux naturels, avec des conséquences bien plus rapides et intenses que l'on ne voudrait l'imaginer et le reconnaître.

La production de déchets solides et leur rejet sans méthodes ni précautions dans ces milieux sensibles est une atteinte écologique qui a lieu tous les jours et qui s'aggrave au fur et à mesure des accumulations de matériaux polluants.

Ainsi, du fait de sa quotidienneté et de sa toxicité la pollution par les déchets a un impact considérable sur les équilibres écologiques des milieux côtiers, parmi les influences anthropiques celle-ci est sans doute un des plus dommageable au biome littoral.

Approche économique et sociologique

Le « bilan par pays » qui a été réalisé en préalable à la rédaction de ces fiches techniques pour les régions cibles de ReCoMaP a permis de dégager les grandes lignes du potentiel de nuisance écologique des productions de déchets mais aussi de décliner les activités économiques et les structures sociales et d'habitat qui en forment la source.

Parmi les constantes qui apparaissent en synthèse du « bilan pays » il convient de souligner que ces zones littorales sont généralement peu peuplées relativement à l'étendue du territoire qu'elles occupent, que leur industrialisation est faible voire inexistante et que leur développement économique est en grande partie fondé sur le tourisme et une exploitation peu rationnelle des ressources marines.

Autre fait marquant, la gestion des déchets n'est pas conçue comme une priorité des dirigeants, surtout dans les habitats villageois, caractérisés par une faible densité de population et qui sont dispersés sur des territoires souffrant de mauvais moyens de communication terrestres et maritimes.

Pour dire les choses simplement, les populations de ces zones littorales qui ont globalement de très faibles revenus, et sont précarisés par la raréfaction des ressources naturelles, cherchent définitivement à accroître leur richesse économique sans préjuger de l'impact négatif que le tourisme, la vente et la distribution de biens de grande consommation, la création d'un habitat informel non contrôlé … peuvent avoir sur le milieu naturel qui est pourtant leur première richesse.

Si l'impact de l'augmentation des consommations de biens à forte productivité en déchets n'est pas très visible dans les villages, par contre dans les villes où la population est en forte croissance ce phénomène est critique.

On observe un phénomène différent mais de même ordre sur les zones rurales qui étaient auparavant essentiellement tournées vers la pêche côtière et une agriculture vivrière d'arrière-pays et où se développe sans contraintes un tourisme non structuré, gros producteur de déchets pour lesquels on a pas prévu d'exutoire.

Le développement d'activités touristiques qui prétend au statut d'écotourisme, bientôt n'aura plus les moyens de revendiquer ce label faute de savoir préserver les milieux naturels où il s'inscrit.

Dans ces villages et dans ces villes, le développement économique qui va de pair avec la déresponsabilisation des populations en termes de respect de l'environnement a un impact négatif considérable sur la préservation des milieux naturels.

La production de déchets faute, d'être accompagnée de collectes et traitements appropriés, en constitue l'un des éléments les plus critiques. 

Stratégie environnementale et économique

A ce jour, et la tendance va certainement perdurer quelques années, ce qui caractérise les productions de déchets sur les régions cibles de ReCoMaP c'est avant tout leur grande proportion de déchets organiques puisque probablement plus de 60 % de la masse des déchets en est constituée.

C'est ensuite, la quantité assez incroyable de sacs et emballages plastiques que l'on observe et qui est sans aucun doute l'impact le plus visible, mais il est essentiellement lié au fait que les collectes et les traitements appropriés sont très insuffisantes voir inexistantes car dans l'absolu cette proportion de sacs et emballages plastiques est plutôt dans la moyenne mondiale, assez proche en fait de celle des pays industrialisés.

La prolifération de déchets toxiques en quantité dispersée est le troisième point à souligner, ce phénomène est directement issu d'une consommation en produits importés ayant une faible durabilité, une qualité environnementale très basse, proportionnelle à leur faible prix de vente, (piles, produits «blancs» et «gris»).

Enfin et surtout, aucun investissement structurant n'a été réalisé pour accepter les déchets dans les filières de recyclage appropriées ou sur des sites d'enfouissement adaptés.

Très rares sont les agglomérations dotées de moyens de collectes efficaces et suffisants, quant au recyclage il est balbutiant et informel et n'est pas encadré par des lois et règlements incitatifs ou coercitifs.

Ainsi, quand on tient compte des paramètres écologiques, sociologiques et économiques qui caractérisent ces régions cibles il apparaît clairement que la clef stratégique d'une gestion durable des déchets réside dans le traitement de la part considérable de déchets organiques qui en constituent plus de la moitié.

Collecte sélective, compostage ou méthanisation sont les moyens à lever pour atteindre cet objectif.

D'autre part la démobilisation des populations et des entreprises face à leurs responsabilités de producteurs de déchets doit être combattue, information, communication, formation mais surtout incitation économique sont pour conscientiser les producteurs.

Bien sur il conviendrait aussi que le cadre légal et les moyens de son application soient développés, qu'il s'agisse de réglementations appropriée, d'une police de l'environnement autant que de budgets déconcentrés.

Finalement la stratégie gagnante sera frappée du sceau du recyclage, seule méthode qui permettra d'assurer :

  • La transformation des déchets organiques en fertilisants biologiques.
  • La collecte séparative des déchets non organiques, devenus propres et plus légers, donc susceptibles d'être triés.
  • La valorisation matière ou énergétique des papiers et cartons.
  • La valorisation matière des plastiques, du verre et des métaux.
  • La création d'une économie positive, génératrice de revenus pour ceux qui investiront du temps et des moyens dans ces activités, ce qui est la meilleure mesure d'incitation pour tout le monde.

C'est à ce prix que la vraie richesse de ces régions cibles, à savoir les écosystèmes littoraux, sera préservée.

Or pour mettre en oeuvre une telle stratégie le transfert d'information et de compétence sont capitaux, c'est le but que poursuit cet ouvrage pratique que ReCoMaP a voulu mettre à la portée de tous.

Du bon usage des fiches

Cette série de 14 fiches techniques est conçue pour servir de support documentaire aux ONG, institutions d'assistance ou d'enseignement technique et plus particulièrement aux porteurs de projets de gestion des déchets, dans le contexte particulier des exercices d'appels à proposition initiés par ReCoMaP.

Les informations qui y sont consignées n'ont pas l'ambition de répondre à toutes les questions techniques en termes de gestion durable des déchets, ni de donner la solution précise et complète d'un problème particulier mais plutôt d'éclairer la démarche de construction d'un projet et de proposer des réflexions concrètes pour aider au choix de stratégies et de solutions efficaces.

Les fiches se rapportent à un contexte géographique et socio économique particulier, celui des 12 régions littorales prioritaires ciblées par ReCoMaP et c'est pourquoi certaines particularités relevant du contexte environnemental, du climat, du niveau et du type de développement économique ou encore du profil socio culturel des populations ont été prises en compte et contribuent de fait à spécialiser les informations qui y sont proposées.

Le principe fondateur qui a présidé à la rédaction des fiches est l'adaptabilité, ainsi la recherche de pertinence et de portabilité des stratégies et des solutions qui pourront être conçues par les porteurs de projet ont été privilégiées. En ce sens la mobilisation des populations et des pouvoirs déconcentrés de l'état sont considérés comme indispensables, la robustesse et la simplicité des méthodes, des équipements et de l'organisation sont aussi posés comme prioritaires.

Mais plus encore, la nature des déchets produits par les populations et les acteurs économiques, lesquels sont essentiellement issus du secteur commercial et touristique, a été prise en considération.

Ainsi les fiches sont-elles adaptées à un type général de déchets ménagers et assimilés ayant notamment cette particularité de compter une majorité de matières organiques fermentescibles, une forte proportion de sacs, de bouteilles et de flacons plastiques jetables et une quantité relativement faible mais croissante d'emballages sophistiqués.

Dans un tel contexte nous avons donc privilégié la transmission d'informations pratiques relatives au recyclage, considérant par ailleurs que les capacités de financement et les objectifs de ReCoMaP vont nettement dans le sens d'un appui à ce type de projets plutôt qu'à la création de centres d'enfouissement technique ou d'incinérateurs.

Il est en effet indubitable que les activités de recyclage, outre le fait qu'elles contribuent significativement à la diminution des quantités de déchets ultimes, créent de l'emploi et de la richesse et responsabilisent les populations face aux enjeux environnementaux.

Les fiches au nombre de 14 sont organisées en 4 groupes:

Il est important de considérer que ces documents sont organisés de telle sorte que les concepts fournis en amont légitiment et explicitent les données et conseils qui suivent.

  • Le groupe 1 fournit les clefs de lecture et d'accès aux méthodes proposées dans les fiches du groupe 2 qui à leur tour se déclinent en termes de filières dans les groupes 3 et 4.
  • Les groupes 3 et 4 sont au même niveau hiérarchique car ils délivrent des conseils pratiques pour la mise en oeuvre de filières de recyclage.

En clair une lecture hiérarchique descendante des fiches est fortement recommandée de même qu'il est parfois utile de revenir aux fiches de niveau supérieur.

Les fiches s'organisent comme présenté dans le schéma suivant:

Assessment of the efficiency and sustainability of current waste management system

Please assign a mark (A, B or C) to each line. If you have a majority of A in a column, you deserve the corresponding positive appraisal. If you have a majority of B, you are diverting from a controlled solid waste management. If you have a majority of C, you are facing a critical situation.