This panel is hidden

Les Reptiles Marins

Les Reptiles sont apparus sur la terre ferme. Pourtant, ils sont nombreux à avoir quitté leur milieu d’origine pour gagner la mer. Parmi tous les reptiles marins, seules les tortues survécurent à la grande extinction du Crétacé.

La tortue marine ou terrestre est un reptile ''ectotherme'', (température corporelle de l'animal variant en fonction de la température de son milieu de vie) de l’ordre des reptilia. L’Océan Indien est un lieu propice en tant qu’habitat pour les tortues. C’est ainsi que la tortue marine peut être considérée comme l’animal emblématique de la région.

 

Les tortues :

I. Les tortues marines

Les tortues marines sont des espèces qui peuplent la terre depuis l’ère du Jurassique (une centaine de millions d’années). Aujourd’hui, il existe sept espèces de tortues marines dans le monde. Cinq d’entre elles sont observées sur les côtes de Madagascar et dans la région (Dermochelys coriacea – tortue luth – valozoro ; Chelonia mydas – tortue verte – fanozaty ; Eretmochelys imbricata – tortue imbriquée – fanohara ; Lepidochelys olivacea – tortue olivâtre – tsakoy ; Caretta caretta – tortue de caouanne – fano apombo). L’Océan Indien est donc un lieu propice en tant qu’habitat pour les tortues. C’est ainsi que la tortue marine peut être considérée comme l’animal emblématique de la région.

II. Biologie - reproduction

En moyenne, les tortues marines vivent jusqu’à 80 ans mais elles n’atteignent l’âge de maturation sexuelle qu’à 30 ans selon les espèces. Ceci signifie qu’elles ont un faible taux de reproduction. Une fois l’âge de maturité sexuelle atteint, les tortues s’accouplent dans la mer (mating) et se dirigent par la suite vers les sites de nidification – les plages. Une femelle pond environ 100 œufs par ponte, et revient plusieurs fois (2 à 3 fois) sur le même site de ponte pendant une période de l’année. La période d’incubation est d’environ 2 mois. L’éclosion s’effectue souvent pendant la nuit afin d’éviter les prédateurs, comme les crabes, les oiseaux, etc., ainsi que la température élevée du jour. Cependant, même dans des conditions optimales, très peu de jeunes tortues atteignent l’âge de 1 an. Du fait de sa carapace molle après l’éclosion et de sa très forte vulnérabilité par rapport aux différents prédateurs (crabes, oiseaux, …), la chance de survie d’un bébé tortue est très faible de l’ordre de 1 pour 1000 après l’éclosion. Au stade juvénile et adulte, les tortues marines doivent encore faire face à de nombreuses menaces, souvent dues à l’homme.

Les tortues se reproduisent tous les deux à trois ans seulement. Ce faible taux de reproduction est un des facteurs de vulnérabilité de l’espèce qui peut conduire à son extinction si les menaces qui pèsent sur elle ne sont pas réduites.

A Madagascar, quatre espèces de tortues nidifient sur les côtes : la tortue verte, imbriquée, caouanne et olivâtre. Les quelques exemples de sites où la nidification a été observée sont : Nosy Hara, Nosy be, les Iles Radama, les Iles Barren, autour de Morondava, autour de Tuléar, au sud-est et au nord-est entre Antsiranana et la péninsule de Masoala.. Il est important de noter que la tortue femelle reviennent sur la plage sur laquelle elle-même était née pour pondre ses œufs !! Il est donc essentiel de conserver les lieux de nidification des tortues.

Les sites de nourrissage des tortues sont les récifs coralliens, les lagons et les herbiers (sortes de prairies marines).

Les menaces :

Les menaces pesant sur les tortues marines sont nombreuses :
- La noyade dans les filets des bateaux de pêcheurs (pêche industrielle mais aussi traditionnelle) ;
- La collecte des œufs par les braconniers pour la nourriture ou pour la vente ;
- La chasse pour la viande et pour transformer la carapace en trophée ou en objets artisanaux ;
- La destruction des plages de nidification à cause des constructions d’immeubles ou d’hôtels ;
- La pollution marine notamment les déchets tels que les sacs en plastique que les tortues mangent en les confondant avec les méduses et provoquant leur mort par suffocation ; mais aussi les dépôts de sédiments et polluants sur les coraux, là où les tortues se nourrissent ;
- Le changement climatique qui conduit au blanchiment (mort) des coraux et amenant leur dégradation .

Le statut actuel des tortues marines :

D’après les études et suivis effectués sur les populations au niveau mondial, les tortues marines ont toutes un statut très critique. Toutes les tortues présentes dans la région de l’Océan Indien sont protégées par la Convention sur le Commerce International des Espèces de Flore et de Faune Sauvages menacées d’extinction, plus connue sous le nom de CITES. Toutes les tortues marines étant menacées d'extinction, la CITES en interdit le commerce international (sauf exception en cas de recherche scientifique, voir annexe I de la Convention).

Malgré ce statut de protection international, une volonté et des véritables actions sont nécessaires au niveau national et local par des acteurs gouvernementaux et non gouvernementaux afin d’éviter leur extinction. Un des problèmes est que beaucoup de pays manquent encore de capacités et de ressources pour entreprendre des mesures de conservation. Leur survie dépendra toutefois d’une stratégie de conservation efficace capable de minimiser l’impact des actions de l’homme.

Pourquoi protéger ces espèces ?

Au niveau écologique, les tortues sont des composantes uniques de systèmes écologiques complexes. Ils servent d’indicateurs de l’état de santé des environnements marins et côtiers aussi bien à l’échelle locale que globale (espèces migratrices). Les tortues ont leur place dans la chaîne alimentaire, et jouent donc un rôle dans la protection des récifs : en effet, les tortues se nourrissent d’herbes ou d’éponges toxiques qui nuiraient au récif et limiteraient la productivité disponible à la chaîne alimentaire animale en cas de prolifération. Les tortues contribuent ainsi à l’équilibre écologique du milieu.

Au niveau culturel, les tortues ont également de la valeur pour les populations côtières, et pas uniquement à Madagascar. Elles ont de plus une valeur économique car elles attirent le tourisme et la recherche scientifique. En effet, il a été démontré dans le monde que les activités écotouristiques sur l’observation des tortues marines rapportent plus de valeurs économiques que la vente de leurs produits (œufs, viandes, carapaces, animal naturalisé.)

Mais, plus simplement : imaginez un monde dans lequel vos enfants n’ont pas la chance de savoir à quoi ressemble une tortue marine !

Démarches de conservation :

L’objectif global de la conservation d’espèces marines est la promotion de la survie à long terme des population d’animaux, incluant le recouvrement durable des stocks en déclin et la sauvegarde d’habitats critiques et intégrant la considération du bien-être et besoins des communautés humaines avec qui les espèces interagissent.

Au niveau local, les actions suivantes sont nécessaires pour établir un plan de conservation des espèces adéquat :
- Etablir l’inventaire et le suivi régulier des sites de ponte à travers un système d’information géographique (SIG).
- Mettre en place un suivi des tortues à travers leur cycle de vie (marquage, télémétrie satellite et marqueur génétique) et établir une base de donnée fiable pour évaluer l’importance de leur population.
- Effectuer des activités d’éducation et de sensibilisation.
- Promouvoir des activités alternatives minimisant la chasse directe des tortues marines.
- Valoriser les connaissances traditionnelles et les aspects culturels relatifs aux tortues marines dans le but de les conserver.

Il est très important d’avoir le soutien et la participation du public au niveau des objectifs d’un programme de conservation. Dans le meilleur des cas, ce sont les communautés locales elles-mêmes qui se portent responsables de la protection de l’espèce. Ceci garantit la durabilité du programme de conservation.

La conservation des tortues marines à Madagascar
:

Au WWF, un projet de conservation est en cours sur les Iles Barren au niveau de Maintirano (côte ouest). Le projet entreprend des activités de sensibilisation auprès de la population locale et met en place un système de suivi des tortues (marquage).
De plus, le WWF s’est engagé dans un partenariat avec le Groupement des Aquaculteurs et Pêcheurs de Crevettes de Madagascar (GAPCM) pour la mise en place de dispositifs d’exclusion de tortues ou TED dans les filets. Selon les dernières informations obtenues, une réelle diminution significative des tortues attrapées accidentellement dans les filets a été observée.

La conservation dans la région :

Un accord a été signé entre les pays de l’Océan Indien et d’Asie du Sud-Est qui établit une vision commune de la protection des tortues. Cet accord constitue le cadre stratégique dans lequel les pays concernés peuvent entreprendre des actions communes pour la protection des espèces et pour réhabiliter les populations d’espèces dont les pays partagent la responsabilité.

L’accord se concentre sur la réduction des menaces, la conservation des habitats, l’échange de données scientifiques, l’augmentation de la sensibilisation et de la participation du public, la promotion de la coopération régionale et la recherche de moyens pour la mise en oeuvre des actions.

Le point focal de cet accord pour Madagascar est basé au CNRE (Centre National de Recherches sur l’Environnement).

Conclusion
:

La tortue marine est une espèce phare, ce qui signifie qu’elle a une place essentielle dans l’écosystème. Les mesures de conservation des tortues impliquent la protection ou la réhabilitation d’habitats et par conséquent, toute une série d’espèces dépendant de ces habitats en bénéficient également. En focalisant les efforts sur la conservation de ces espèces, c’est tout un écosystème qui est protégé.

This panel is hidden

Bulletins d'Informations

Nom:



Courriel:



Termes et conditions
Accepter les conditions générales
Accepter la politique de confidentialité